Ce travail ne propose pas un nouveau discours sur les lettres de la Création, il montre celles-ci à l’œuvre. Pèlerin en quête de sens, j’oriente leur déchiffrement vers une transformation et un renouvellement progressifs, englobant puissances telluriques et cosmos. Ce pèlerinage pictural dans l’alphabet hébraïque conjoint le passé, le présent et l’avenir. Chaque lettre (2m x 2 m et 2m x 3 m) constituant son espace propre, sa durée singulière, est reliée à celle qui la précède et ouvre la voie à celle qui la suit, dépassant de loin ce que j’ai pu en percevoir par avance, à la rencontre de mes propres méthodes.
Si la démarche se rapproche de la recherche phénoménologique d’Husserl et de Merleau-Ponty, l’œuvre, polysémique jusqu’au paradoxe, revêt des formes métissées et s’inscrit dans une « matériologie » vivante, porteuse de symboles. Elle n’exclut pas la présence du corps qui se diffuse dans la peinture, dans un rapport spiritualisé et fusionnel avec la nature, entre l’éblouissement et l’effroi.
Le déchiffrement dévoile, fait surgir l’émerveillement du réel, précède l’interprétation, le regard, affrontant la vision analytique de l’Homme.

                                                                             Marc Lopez Bernal